Comment nourrir les roses

Les roses aiment une bonne nutrition et sont très sensibles à la fertilisation. Selon leurs caractéristiques biologiques, ils ont des périodes de végétation caractéristiques, chacune ayant ses propres besoins nutritionnels.

Au début du printemps, nous supprimons les abris d'hiver, en taille nous stimulons la croissance des racines et des pousses, l'appareil vert se développe, les plantes absorbent intensément les nutriments, en particulier l'azote. A ce moment, nous nourrissons les roses avec du nitrate d'ammonium (1 cuillère à soupe pour 10 litres d'eau). Après 12-15 jours, vous pouvez à nouveau répéter le nitrate d'ammonium ou ajouter de l'urée (surtout si le printemps est pluvieux et que les nutriments sont rapidement éliminés). La troisième alimentation coïncide avec le début du bourgeonnement. Pour que les bourgeons fleurissent lentement et que les fleurs aient une couleur juteuse, nous nourrissons les roses avec du nitrate de calcium (1 cuillère à soupe pour 10 litres d'eau). En été, pour restaurer et former de nouvelles pousses fleuries et des fleurs de re-floraison, nous appliquons un engrais minéral complet. Il peut s'agir de "Kemira", "Kristallin", "Rizhskoe" ou tout autre engrais complexe (1 cuillère à soupe pour 10 litres d'eau) et ajouter 1 comprimé d'engrais micronutriments. Dans la seconde moitié de l'été, l'azote doit être exclu. Une fois par saison, vous devez ajouter "Potassium Magnesia" (1 cuillère à soupe pour 10 litres d'eau). Ensuite, avec un intervalle de 12 à 15 jours, les plantes ont besoin de phosphore et de potassium. Les engrais au phosphore et au potassium sont nécessaires pour accumuler des nutriments, faire mûrir les pousses et préparer les roses pour l'hiver. Pour les vinaigrettes d'automne, vous avez besoin de double superphosphate (1 cuillère à soupe pour 10 litres d'eau) et de sulfate de potassium (1 cuillère à soupe pour 10 litres d'eau).

Il ne faut pas oublier que les engrais organiques et minéraux se complètent. La nutrition provient d'engrais minéraux. La matière organique se décompose plus lentement, aide à les assimiler plus rapidement. Par conséquent, après chaque tétée avec des engrais minéraux, je renverse les roses avec de la matière organique: il s'agit soit de molène fermentée (1:10) ou de crottes de poulet fermentées (1:20), soit d'albumine (1:10), soit d'une infusion de coupe gazon. L'infusion d'herbes est préparée comme suit: je remplis 3/4 d'un baril de 200 litres avec des orties hachées, des pissenlits, de l'herbe fauchée, je le remplis d'eau et j'ajoute 2-3 cuillères à soupe de carbonate de sodium ou d'urée et laisse pendant 5-7 jours . Ensuite, je mets l'herbe fermentée sur un tas de compost, filtre l'eau et l'utilise pour l'irrigation (1 à 1,5 litre pour 10 litres d'eau).

Il est préférable d'appliquer tous les engrais sous forme liquide (3-4 litres par buisson) avec un arrosage obligatoire avant la fertilisation et une incorporation obligatoire dans le sol (ameublissement).

Pour que la plante assimile pleinement la nutrition, il doit y avoir suffisamment d'humus dans le sol, dont la source est la tourbe. Lorsque la tourbe est appliquée, la structure du sol s'améliore, il est donc conseillé au printemps après la taille et l'alimentation, en été après la taille d'été et en automne de pailler le sol avec une couche de tourbe de 5 à 7 cm. Le paillis protège les plantes du dessèchement surchauffe et hypothermie et permet aux plantes de se développer beaucoup plus rapidement.

Avant la première floraison, pour stimuler la croissance des plantes, je renverse deux fois de l'humate de sodium (1 cuillère à café de cristaux pour 40 litres d'eau). Pour chaque buisson, 2-3 litres de solution suffisent.

Parfois, le système racinaire des plantes perd la capacité d'absorber les nutriments du sol. Cela se produit pendant la période des pluies froides, lors de l'arrosage des roses dans les étés chauds avec de l'eau froide, lorsque le sol est salé (lors de la fertilisation avec une concentration plus élevée) et dans d'autres conditions défavorables. Dans ces cas, j'utilise un pansement foliaire supplémentaire. Pour ce faire, utilisez des solutions d'humate de sodium, d'infusion de molène (1:10), d'urée (1:10), de solution de cendres (versez 2 verres de cendres avec de l'eau chaude, faites bouillir pendant 10 minutes, insistez, filtrez et diluez dans 10 litres. de l'eau). Je pulvérise les plantes sur les feuilles avec une solution fraîchement préparée. Il est préférable de le faire tôt le matin ou le soir pour que les feuilles aient le temps de sécher afin d'éviter les maladies fongiques.La vinaigrette foliaire alterne avec les vinaigrettes de base.

Dans la seconde moitié de l'été, comme pansement foliaire, j'utilise un extrait de double superphosphate additionné de nitrate de potassium (verser 10 g de superphosphate avec de l'eau chaude, laisser reposer 3-4 heures, filtrer, diluer dans 10 litres d'eau et ajouter 10 g de nitrate de potassium).

Lors de situations stressantes: au printemps, si les plantes ont souffert de gelées récurrentes, pendant l'été chaud et sec, lors de la transplantation de plantes, après la taille, j'utilise l'EPIN pour la pulvérisation (1 ampoule pour 5 litres d'eau).

Seule une alimentation équilibrée et variée permet aux roses de se montrer dans toute leur splendeur, de nous donner une grande fleur lumineuse, de la conserver longtemps sur un buisson ou coupée dans un vase.