Oseille de cheval: propriétés médicinales

Portrait botanique

Oseille de cheval (Rumex confertus Willd.) Appartient à la famille du sarrasin. En fait, le nom du latin est traduit par oseille épaisse. Et le nom «cheval» est resté en raison de l'utilisation de cette plante dans les villages, non seulement pour leur propre santé, mais aussi pour le traitement des bovins d'indigestion, y compris les chevaux. Eh bien, et aussi, probablement, pour la taille des feuilles. L'oseille aigre comestible a des feuilles plutôt petites, et voici de telles bardanes!

Oseille de cheval

C'est une plante herbacée vivace avec un système racinaire très fort. Les racines au niveau de la fracture ont une couleur jaune-orange caractéristique. La tige est dressée, ramifiée dans la partie supérieure. La hauteur de la plante peut être de 60 cm à 1,5 m, selon les conditions. Les feuilles inférieures sont très grandes, triangulaires-ovales, les feuilles de la tige sont plus petites et avec un pétiole court. Les fleurs sont petites et discrètes, rassemblées dans une inflorescence paniculaire. Le fruit est une nucule triangulaire rappelant le sarrasin non moulu.

Cette plante a une gamme très large et se trouve dans la zone tempérée des frontières ouest à est de notre vaste patrie. Il pousse principalement dans des endroits humides et gorgés d'eau. Il est intéressant de noter que dans la littérature phytothérapeutique européenne, il est peu mentionné, ou plutôt, d'autres espèces y sont mentionnées, mais pas l'oseille de cheval.

Matières premières médicinales

Oseille de cheval

Tout d'abord, les racines sont récoltées sur la plante, qui sont déterrées à l'automne ou au début du printemps. Rincer abondamment, couper en petits morceaux et sécher dans un four plus sec ou chauffé. Dans la médecine populaire, on utilise des feuilles, qui sont récoltées avant la floraison, ainsi que des graines, qui sont coupées avec les pédoncules dans la phase du début de la maturation, séchées, étalées sur papier, puis battues, c'est-à-dire qu'elles sont simplement pressé des tiges et tamisé sur des tamis.

Propriétés médicales et application

Les racines d'oseille contiennent jusqu'à 4% de dérivés d'anthraquinone, qui comprennent l'acide chrysophanique (chrysophanol), la frangula-émodine et l'aloé-émodine, qui, en raison de leur effet irritant sur les parois intestinales, renforcent le péristaltisme et provoquent un effet laxatif. De plus, 8 à 12% des tanins ont été retrouvés dans les racines, qui ont un effet opposé aux anthraquinones, c'est-à-dire astringent et fixateur. D'où les recommandations apparemment contradictoires. Mais ici, la grande règle des anciens fonctionne - tout est déterminé par la dose. Il est intéressant de noter que les préparations de racines d'oseille, en fonction de la dose, ont un effet diamétralement opposé: à petites doses - fixation, et à grandes doses - laxatif. De plus, les saponines, l'acide caféique, les anthocyanes (jusqu'à 5%) et les flavonoïdes néopin et néposide, qui sont des dérivés du naphtalène, sont isolés des racines. Les fruits contiennent des anthraquinones et des tanins, et les feuilles contiennent les flavonoïdes hyperoside et rutine, qui ont une activité en vitamine P, ainsi que jusqu'à 700 mg% d'acide ascorbique, de vitamine K et de caroténoïdes. Tous les organes de la plante contiennent du calcium oxalique et dans les racines, sa quantité peut atteindre 9%. L'analyse des oligo-éléments a révélé presque tout le tableau périodique. Dans les racines, la plante accumule du fer, du sélénium, du baryum et du strontium. Cependant, ce n'est pas seulement un avantage, mais aussi un inconvénient. Les plantes qui poussent sur des sols contaminés peuvent ramasser des éléments indésirables en quantités hors échelle. Faites donc attention à l'écologie des lieux où vous déterrez les matières premières.

Les racines sont utilisées pour traiter l'entérocolite et la diarrhée de toute origine.

Maintenant, l'oseille du cheval est en quelque sorte oubliée, en général, cette plante est démodée. Mais en attendant, personne n'a annulé ses propriétés médicinales conformément à la mode.

Dans les années 60, des études ont été menées montrant que extrait liquide de racine l'oseille de cheval à une dose de 50 à 60 gouttes par réception 3 fois par jour a eu un effet bénéfique sur les patients souffrant d'hypertension de stade 1-2, procurant un effet calmant et hypotenseur.

Décoction préparé à partir de 1 cuillère à soupe de racines hachées et 2 verres d'eau. Faire bouillir pendant 10 à 15 minutes, filtrer, laisser reposer 2 à 4 heures et prendre une cuillère à soupe toutes les 2 heures avant les repas comme laxatif. L'effet se produit en 8 à 10 heures.

Le même bouillon, mais dilué 10 fois, est utilisé comme fixateur et astringent.

Selon certains rapports, la décoction des racines a un effet hémostatique sur les saignements internes.

Teinture d'alcool L'oseille de cheval est préparée en versant des racines broyées avec de la vodka dans un rapport de 1: 4. Insister pendant 2 semaines dans un endroit sombre, filtrer et prendre 20 à 30 gouttes 3 fois par jour dans le traitement des maladies du tractus gastro-intestinal, y compris les saignements internes et même l'hypertension.

Dans la clinique de l'Institut médical de Tomsk, dans les années 70 du siècle dernier, une décoction de graines d'oseille de cheval était utilisée pour la dyspepsie et la dysenterie en association avec d'autres médicaments. Utilisé une décoction préparée à raison de 5 g de graines sur 2 ½ tasse 3 fois par jour.

Les feuilles sont utilisées en médecine traditionnelle. Pour les maladies de la peau accompagnées de démangeaisons, une décoction concentrée est utilisée pour laver les zones touchées. De cette façon, les gens ont traité la gale.

De plus, les feuilles et les racines d'oseille peuvent être utilisées pour teindre les tissus de laine et de soie. En fait, c'est ainsi qu'il a été utilisé par les gens pendant des siècles. La couleur, selon la recette, peut être brune, orange et jaune.

Contre-indications

La consommation à long terme d'oseille, ainsi que d'autres plantes contenant des anthroquinones, n'est pas souhaitable. Il est également contre-indiqué dans les maladies rénales, la tuberculose pulmonaire et les troubles du métabolisme du sel (arthrite métabolique). En tant que laxatif, il n'est pas recommandé de l'utiliser pour l'inflammation des intestins. À petites doses, en essayant d'obtenir un effet astringent, ce n'est pas une contre-indication.