Est-il réaliste de cultiver des bleuets de grande taille dans la région de Moscou?

De nombreux jardiniers ont déjà essayé de le faire en banlieue et ont échoué. Néanmoins, nous soutenons que les myrtilles à haute teneur en myrtilles peuvent et doivent être cultivées dans la région de Moscou et cela peut être fait sans trop d'efforts. Il vous suffit de le gérer un peu différemment des buissons de baies communes du centre de la Russie (groseilles, groseilles à maquereau, framboises, etc.). Le fait est que les myrtilles hautes poussent bien uniquement avec les jardiniers qui connaissent sa nature inhabituelle et qui comptent avec elle. Tout d'abord, cela a été prouvé par le personnel du jardin botanique principal, situé presque au centre de Moscou. Ils cultivent plus de 30 variétés de myrtilles Covilla depuis plus de 20 ans et récoltent régulièrement. Par conséquent, dans n'importe quelle datcha, vous pouvez décorer un jardin de baies avec l'aide de cette culture. Mais pour qu'il se développe vraiment avec succès et plaise aux propriétaires avec de bonnes récoltes, vous devez planter les buissons correctement, puis en prendre soin correctement.

Au cours de nos travaux, nous avons rencontré un certain nombre d'erreurs qui sont régulièrement commises par les vendeurs de ce produit et, finalement, par des jardiniers amateurs, à la suite desquelles les plantes meurent. Attardons-nous sur eux plus en détail.

Tout d'abord, tous les jardiniers pensent qu'il est nécessaire d'aménager un marais sur le site, estimant que ce type de myrtille pousse précisément dans le marais. Cependant, tout le monde a parfaitement vu qu'il pousse principalement à la périphérie des tourbières ou sur des buttes, mais ne pousse jamais dans un marais. Par conséquent, les myrtilles ont besoin d'une humidité modérée, comme pour la plupart des cultures maraîchères.

Deuxièmement, tout le monde pense que les bleuets doivent être ombragés parce qu'ils poussent dans la forêt. Ne le faites en aucun cas. Pour obtenir une bonne récolte, les bleuets de grande taille doivent être plantés dans un endroit bien éclairé.

Troisièmement, beaucoup essaient de mettre plus de compost, de fumier et d'autres engrais organiques sous la brousse, c'est aussi une grosse erreur. Les myrtilles n'ont pratiquement pas besoin d'engrais organiques. De plus, le fumier et le compost ont une réaction neutre ou légèrement alcaline et, par conséquent, déplacent le niveau de pH du sol vers un environnement alcalin, ce qui conduit à son tour à la chlorose.

Quatrièmement, de nombreux jardiniers de la région de Moscou suivent fidèlement les recommandations, font des «puits» avec un sol acide sur le site, mais ne prennent pas en compte le fait que le site a un sol argileux et ne coule pas dessus. Lors des pluies, l'eau s'accumule dans un tel "puits" et ne le quitte pas longtemps. En conséquence, les racines de bleuets restent longtemps dans l'eau, étouffent par manque d'air, meurent et pourrissent, puis tout le buisson meurt.

Par conséquent, afin d'éviter les malentendus avec la culture de cette culture, il est préférable de consulter un spécialiste. Nous voulons donner des recommandations générales à tous les jardiniers qui souhaitent faire pousser des myrtilles dans leur jardin afin d'éviter les erreurs.

La première et la plus importante condition pour une culture réussie de cette culture est que le sol doit être acide: pH 4,0 - 5,0; mais pas plus de 5,5, sinon la myrtille développera une chlorose et mourra.

La deuxième condition est que le sol doit être bien perméable à l'eau et à l'air (c'est-à-dire qu'il peut s'agir de sable, de tourbe, d'un mélange tourbe-sable, etc.). Cela est dû au fait que les myrtilles ont besoin non seulement d'eau, mais aussi d'air pour respirer (les racines en premier lieu).

Comment ces conditions peuvent-elles être réunies? Sur les sols argileux, limoneux et autres types de sols difficiles à pénétrer pour l'eau et l'air, les myrtilles sont plantées non pas dans un trou, mais sur une crête. Pour ce faire, le sol est prélevé à une profondeur de 5 à 8 cm, le sol excavé est dispersé autour du futur site de plantation et de la tourbe de haute lande ou de la tourbe avec du sable, de la sciure de bois, de la perlite est versée dans la dépression. Le sol est versé sous la forme d'un monticule et un myrtille est planté au centre de celui-ci. La surface du sol autour du buisson est paillée avec de la sciure de bois (l'épaisseur de la couche de paillis est de 5 à 8 cm). De cette manière, l'excès d'eau est évacué. Ceci peut être réalisé en installant un bon drainage sur le site.Si le sol ou l'eau d'irrigation n'est pas assez acide, vous pouvez les acidifier en ajoutant du soufre colloïdal au sol ou en ajoutant de l'acide sulfurique à l'eau. Le moyen le plus simple de le faire est d'utiliser un électrolyte pour remplir les batteries à acide. 1 ml d'électrolyte pour 1 litre d'eau change le pH de 7 à 5 unités. Vous devez arroser cette eau une fois tous les 7 à 10 jours.

La troisième condition préalable est que l'endroit où les myrtilles sont plantés soit ensoleillé (100% - je suis illumination), la protection contre le vent est également souhaitable, en particulier du côté nord.

De plus, des engrais minéraux sont appliqués sous les bleuets au printemps. Pour la croissance des pousses, de l'azote est nécessaire (90-100 g de sulfate d'ammonium par buisson adulte). Sous les buissons, paillés de sciure fraîche, un double taux d'azote est introduit. Le potassium est nécessaire à la croissance des racines (40 g de sulfate de potassium pour 1 buisson adulte). Pour résister à des situations stressantes, du phosphore est nécessaire (105 à 110 g de superphosphate par 1 buisson adulte). Il est conseillé d'ajouter en plus du sulfate de magnésium (15-20 g pour 1 buisson adulte) et un mélange d'oligo-éléments (1-2 g par buisson adulte).

L'arrosage est modéré, arrosez pas plus que les betteraves, les carottes, les pommes de terre et autres cultures. Le paillage de sciure est obligatoire (il est possible une fois tous les 2-3 ans). La couche de paillis retient l'humidité dans l'habitat racinaire, régule la température de cette couche, améliore l'éclairage du buisson, détruit les mauvaises herbes et empêche le développement de maladies.

Parmi les maladies des myrtilles, on note les suivantes:

1. cancer de la tige ou godronose;

2. séchage des sommets des pousses ou phomopsis;

3. pourriture grise.

Pour la protection des plantes, des fongicides sont utilisés (euparen, benomil, rovral, topsinM, cuprozan, etc.) à une concentration de 0,2% (2 g pour 1 litre d'eau). Pulvériser plusieurs fois au printemps avant la formation du fruit et à l'automne après la récolte (intervalle de 7 à 10 jours).

En hiver, les buissons adultes sans abri peuvent résister à des températures allant jusqu'à -25 ° C. À une température plus basse (-35 - -40єС), une partie de la brousse située au-dessus du niveau de la neige peut geler. Mais pendant la saison de croissance, la brousse est restaurée. Pour protéger les plantes, elles peuvent être recouvertes de spandbond (ou lutrasil) ou de tout autre matériau de couverture fin octobre - début novembre.