Coléoptère de la framboise

Le doryphore de la framboise est le ravageur le plus commun des framboises et des mûres.

L'insecte est de couleur ovale, grisâtre ou brunâtre, de 3,8 à 4,3 mm de long. Son corps est couvert de poils jaunâtres clairsemés adjacents. L'œuf est allongé, blanc, jusqu'à 1 mm de long. Larve atteignant 7 mm de long, jaunâtre, avec une tête sombre, vire plus tard au jaune rougeâtre. La chrysalide est blanche, jusqu'à 4 mm de long, a une forme arquée et incurvée.

Coléoptère de la framboise

Le dendroctone du framboisier est un ravageur très grave des feuilles, des bourgeons, des fleurs et des baies, à la fois des framboises et des mûres cultivées, et des forêts sauvages en Europe, en Sibérie, dans le Caucase, en Chine. Le dendroctone du framboisier est dangereux dans les phases imaginale (adulte) et larvaire. Dans les années d'été de masse, les coléoptères endommagent jusqu'à 30% des bourgeons et des fleurs de framboisier. Ils nuisent le plus gravement aux vergers négligés, où ils détruisent jusqu'à 50% de la récolte. Les baies endommagées se développent mal, deviennent plus petites, se déforment, pourrissent rapidement et deviennent impropres à la consommation.

Au printemps, lorsque la température des couches supérieures du sol atteint 12 ° C et plus, les coléoptères hivernants sortent du sol (généralement fin mai-début juin) et se nourrissent de fleurs (nectar, anthères et pistils) de mauvaises herbes, cerisier des oiseaux , le cassis, la groseille à maquereau, la cerise, le pommier et quelques autres plantes, migrent plus tard vers les framboises et les mûres. Sur les framboises, les coléoptères apparaissent pendant la période d'exposition des bourgeons, 7–10 jours avant le début de la floraison. Les coléoptères rongent les jeunes feuilles, les bourgeons et les fleurs. Dans le même temps, dans le processus de recherche de plants de framboisiers qui commencent à fleurir, les coléoptères peuvent parcourir des distances assez considérables.

Pendant la période de floraison massive des framboises, les femelles pondent généralement des œufs un à la fois, très rarement deux dans les fleurs et les jeunes ovaires. La fertilité est de 30 à 40 œufs. Dans la seconde quinzaine de juillet, les coléoptères meurent. La période embryonnaire dans les œufs à 20–22 ° C dure 7–10 jours. Les larves écloses se nourrissent de framboises pendant 35–45 jours. La plupart des larves quittent les baies à la mi-août. Les larves pénètrent dans le sol, où certaines d'entre elles se pupifient dans des berceaux à une profondeur de 5 à 20 cm, et les autres entrent en diapause. Les pupes se développent à 20 ° C pendant 14 à 30 jours. À la fin du mois d'août, les coléoptères commencent à se former, qui, sans sortir, passent l'hiver dans le sol. Une génération, en tenant compte de la diapause larvaire, se développe en 1 à 2 ans.

Larve de coléoptère du framboisier

Les larves et les adultes hivernent à une profondeur de 5 à 20 cm sous les framboisiers. Certaines larves hibernent dans des berceaux en état de diapause et ne terminent leur développement que l'année suivante. Grâce à cela, ce ravageur survit même en l'absence de récolte de framboises dans certaines années. Le nombre de larves en diapause varie d'une année à l'autre de 10 à 82% du nombre total d'individus hivernants. Les nymphes qui n'ont pas eu le temps de se transformer en coléoptères à l'automne meurent en hiver.

Habituellement, un grand nombre de larves de chrysomèle du framboisier (environ 80%) sont collectées chaque année avec les baies et détruites. Néanmoins, même en tenant compte de la faible fécondité du coléoptère femelle (30–40 œufs), un seul type de ponte uniquement dans les fleurs ou les ovaires, une génération de progéniture en 1–2 ans, le nombre de ravageurs en présence de la diapause chez les larves (elles survivent même les années pauvres) et leur pupaison dans les berceaux (protection supplémentaire) sans l'utilisation de mesures de protection reste toujours suffisamment élevée.

Par conséquent, selon les experts, l'utilisation de mesures de protection spéciales est nécessaire pour réduire le nombre de coléoptères de la framboise. Ces mesures devraient être appliquées jusqu'à ce que le seuil de sa nocivité économique soit atteint, soit 1 coléoptère par buisson.

Mesures de lutte contre le dendroctone du framboisier

  • Isolement spatial des plantations de framboises d'autres plantations de framboises et de mûres à une distance d'au moins 500 m pour en exclure le vol des coléoptères.
  • Culture séparée (après un an) de pousses végétatives et fructifères dans des framboises ordinaires afin de rompre les liens alimentaires avec la plante, car les pousses annuelles ne fleurissent pas et ne portent pas de fruits.
  • Culture de la floraison et de la fructification sur pousses annuelles en août et septembre de framboises remontantes, ce qui perturbe également complètement le lien alimentaire du ravageur avec la plante.
  • Ameublir le sol dans les rangs en automne ou au printemps avec paillage avec une épaisse couche de paillis et creuser l'espacement des rangs (pendant la pupaison et les larves partant pour l'hivernage) jusqu'à une profondeur de 20 cm. Paillage avec une épaisse couche de paillis du sol dans les rangées, il est très difficile voire impossible pour les coléoptères de sortir après l'hibernation.
  • Secouements répétés des coléoptères pendant le bourgeonnement sur une bâche étalée, dans un vieux parapluie, etc. Cela doit être fait tôt le matin, car à des températures inférieures à 15 ° C, ils gèlent et semblent geler, il est donc facile de les secouer de la brousse.
  • Pulvérisation des buissons et du sol autour d'eux avant la floraison avec des préparations Iskra ou Kinmix, et en automne - Fufanon. Pendant la floraison, les framboises ne doivent pas être pulvérisées avec des préparations.

"Jardinier de l'Oural" n ° 20, 2016