Cinq siècles de Hampton Court: les étangs d'Henri VIII, Hollande anglaise, "London Garden"

Hampton Court. Avenues du palais et de l'if Le cinquième jour de notre voyage en anglais a commencé et s'est terminé par des aventures dans le train. En arrivant à la gare Victoria, nous étions un peu confus par sa taille, la complexité de l'horaire et les règles de surtaxe d'un billet de ville. Après avoir passé une heure sur la plate-forme, l'heure suivante, nous avons apprécié regarder la banlieue et la banlieue de Londres, des paysages familiers - après tout, Hampton Court, comme Kew, est situé sur la Tamise dans la région de Richmond, au-dessus et à l'est de la capitale.
Hampton Court. Premier coup d'œil depuis le pontHampton Court. De la façade de la cour - un château et un château ...
Sur la Tamise, au sens littéral du terme - le côté du palais est visible depuis le grand beau pont que nous avons passé depuis la gare. En saison et avec le temps, vous pouvez faire la route royale - en bateau de Westminster à Hampton Court. Mais ce voyage est sans hâte, il prend plus de trois heures, et la saison est déjà terminée, alors le paquebot se tenait à l'embarcadère, oublié et triste, comme l'âne de Bourriquet.
Hampton Court. Entrée du château de Hampton CourtHampton Court. Centre d'éducation Golden Gate of Klor

À l'approche du palais, l'attention est attirée sur le long bâtiment de service rouge, en particulier les portes modernes du Clore Education Center, entrelacées d'arbres dorés. À proximité, il y a une grande billetterie - heureusement, pas de files d'attente - et une librairie, où nous avons facilement trouvé deux guides en russe et un livre en anglais sur le parc. Et puis nous sommes arrivés à la porte - c’est difficile à dire, palais ou château.

Hampton CourtHampton CourtHampton Court
Hampton Court. Les bêtes gardent la porteHampton Court. Première cour
De ce côté - un château en briques rouges avec des tours et des tourelles, avec des cheminées de la Renaissance et des bêtes médiévales à pleines dents. Un palais au sens plein du terme, Hampton Court aurait pu devenir ... - mais c'est toute l'histoire.

Une belle propriété sur les rives de la Tamise, dans un lieu habité par les anciens Romains, appartenait autrefois à l'Ordre Hospitalier, que nous connaissons sous le nom de Maltais. D'eux, le domaine fut repris par le cardinal Thomas Woolsey, sorte de «cardinal de Richelieu» sous Henri VIII.

Portrait du cardinal Thomas WoolseyHans Holbein. Portrait d'Henri VIII
À partir de 1514, pendant trois décennies, il a construit et décoré le château dans un style mixte de gothique anglais tardif et de la Renaissance italienne mature. Les tours escarpées du château sont décorées de délicats bas-reliefs du sculpteur italien Giovanni di Mayano. Mais, contrairement à Richelieu et Mazarin, Woolsey n'était pas tout-puissant. Sentant que le sol politique glissait sous ses pieds, il présenta le château presque terminé au roi. Et un an plus tard, il mourut ...
Hampton Court. Porte Anne BoleynHampton Court. Voûte gothique
Henry VIII agrandit, tout d'abord, les cuisines et la salle à manger - un grill pour les fêtes de son immense cour. Nous avons vu les deux en visitant le palais. Sous lui, un plan d'un bâtiment avec trois cours se succédant a été formé. Ils sont séparés par de hautes portes à deux tours, la marque de commerce de Hampton Court. À la deuxième porte, au-dessus de laquelle se trouvaient les chambres de la reine Anne Boleyn, l'horloge la plus compliquée fonctionne toujours, indiquant non seulement l'heure et le signe du zodiaque, mais aussi la hauteur de la marée à Londres pour ceux qui voyageaient sur des barges.
Godfrey Kneller. Portrait du roi Guillaume IIIArrivée de Willem en Angleterre. Peinture murale de Palais de GreenwichGuillaume III et Mary II règnent en Angleterre. Peinture murale de Palais de Greenwich
La prochaine et dernière période de construction est arrivée à Hampton Court sous le règne de la reine Mary II d'Angleterre et de Willem (en Angleterre, William) III appelé de Hollande. Ce fut ce règne (1689-1702) qui fut la plus belle heure de l'art du jardinage de la vieille Angleterre.

William III est un homme à la biographie orageuse et victorieuse. Élevé dans sa Hollande natale par ses parents anglais, après de difficiles péripéties militaires, il conquit la Grande-Bretagne à son oncle, le roi catholique Jacques II. Sa position d'époux de la reine d'Angleterre a encouragé des actions et des projets démonstratifs. À ce moment-là, le luxueux et sans précédent du complexe de palais hollandais Het Loo dans la ville d'Apeldoorn était déjà terminé. Là, le schéma français du jardin du parterre et de la façade du palais a été appliqué aux conditions locales, le jardin est entouré du rempart en terre hollandais «marque de fabrique», des statues et des fontaines coexistaient avec des plantes à fleurs de formes différentes. Je suis allé à Het Loo plus d'une fois et j'ai l'occasion de montrer plusieurs paires de photographies comparatives - elles parlent mieux que de longues explications.

Deux jardins Willem-William: Hat Loo et Hampton Court

Het Loo. Petit jardinHampton Court. Petit jardin
Hampton Court. MaliHet Loo. Vue du parterre depuis le toit du palaisHampton Court. Vue du parterre depuis le rez-de-chaussée du palais
Het Loo. Axe principal du parterreHampton Court. Axe principal du parterre
Het Loo.Parterre et rempart de terreHet Loo. Parterre et rempart de terre
Devenu roi d'Angleterre, Guillaume décide de détruire progressivement l'ancien Hampton Court et de le remplacer par un nouveau Versailles, plus précisément «Antiversal» - un palais et un parc pas pires que celui de Louis XIV, son redoutable ennemi français. Le principal architecte du palais était Christopher Wren, l'auteur de la cathédrale Saint-Paul. Il a proposé de créer une place aux façades baroque-classicistes et de décorer le bâtiment avec un dôme.
Hampton Court. La façade du palais du côté du jardin de Guillaume IIIHampton Court. Cour de la fontaine Hampton Court
La construction a pris si longtemps que le roi a perdu tout intérêt pour elle, de sorte que Hampton Court des deux côtés est un château de la Renaissance, et de l'autre, un palais austère. La troisième cour a été remplacée par deux petites cours - les appartements de William et Mary étaient censés être équivalents, donc l'accès au sol passe par des couloirs sinueux.
Hampton Court. Vue depuis les escaliers du palais jusqu'à la cour de la fontaineHampton Court. Escalier menant aux chambres de Guillaume III et Marie II
Et le baroque s'est avéré étrange - d'une part, de grandes formes strictes "comme Versailles", d'autre part - des fenêtres, des plateaux et des ornements baroques tourbillonnants. Les fenêtres de la cour de la fontaine ont été comparées à de nombreux yeux soudain et grands ouverts.
Hampton Court. Salle d'État de Guillaume IIIHampton Court. Salle d'État de Guillaume III
Les chambres du palais, les escaliers, la chapelle Tudor sont magnifiques et pleines d'impressions. Le prix d'entrée comprend la possibilité d'utiliser un guide audio qui parle également russe.
Hampton Court. Plafond dans la chambre avantHampton Court. Galerie incroyablement belle donnant sur le jardin privé
Je voulais présenter rapidement à notre groupe de paysagistes le cours du jardinage, donc - également non sans errer dans le labyrinthe de couloirs - nous sommes allés dans les jardins latéraux les plus intéressants de Hampton Court.
Hampton Court. Sortie sur le jardin ... Photo par Elena LapenkoHampton Court. Sortie sur le jardin ... Photo par Elena Lapenko
Il y en a trois, et ils sont situés l'un après l'autre à droite de l'entrée du palais, non loin de la Tamise.
Hampton Court. Disposition de l'ensemble. Le schéma de B. SokolovHampton Court. Disposition de l'ensemble. Le schéma de B. Sokolov
Deux petits jardins - parterres rectangulaires sous le niveau du sol avec des plantations régulières d'arbres coupés et de petites statues. Ils sont particulièrement beaux à travers les treillis et les vignes qui les recouvrent sur le fond du toit dentelé de la salle à manger.
Hampton Court. Jardin Second PondHampton Court. Jardin du troisième étang
L'histoire de ce petit mais important site (situé entre le château et la rivière) est riche et fascinante. Henry VIII a construit plusieurs jardins dans cette partie de la résidence. Le plus grand était le jardin privé, dans lequel nous entrerons un peu plus tard, et trois rectangulaires ... pas des jardins, mais des étangs le suivaient!

Ici, des poissons étaient élevés et conservés pour la table royale, et les pentes de la côte étaient ornées de belles corniches. Derrière eux, sur les eaux de la Tamise, se dresse la salle à manger, depuis les fenêtres de laquelle, à l'époque Tudor, ouvrait également une vue sur la volière royale.

Hampton Court. Vue de la salle à manger et du jardin du deuxième étangHampton Court. Vue depuis la salle à manger à travers le jardin Second Pond. De gauche à droite - serre, château, palais
A en juger par les documents du palais, les étangs n'étaient pas très bien aménagés - l'eau les quittait et au 17ème siècle ils furent abolis. Dans la période "anglo-hollandaise", un petit royaume vert de Marie II est né ici. Elle a ordonné de transformer les étangs en jardins abaissés et «encastrés», raison pour laquelle ils sont encore appelés Pond Gardens. Il y avait quatre jardins au total. Hampton Court. Le jardin de William III et les jardins de l'étang de Mary II. Photographie par satellite. Nord gaucheHampton Court. Premier jardin d'étang et mur de soutènement du propre jardin avec pergola

Dans le plus grand, adjacent au King's Own Garden, des fleurs coupées ont été cultivées.

Le second avait non seulement une signification décorative, mais aussi héraldique - une collection d'agrumes y était exposée en été, parmi lesquels les orangers, symbole de la dynastie des Orange, jouaient le rôle principal.

Le troisième s'appelait le Jardin des primevères, mais parmi eux poussait une grande variété de bulbes, principalement des tulipes et des anémones - ici encore, vous pouvez voir le goût hollandais. Et enfin, dans le plus petit jardin à effet de serre, il y avait trois "maisons en verre" - des serres avec une magnifique collection de plantes exotiques. Dans les périodes hollandaise et anglaise de leur règne, William et Mary n'ont épargné aucun effort ni aucune dépense pour le reconstituer.

Hampton Court. Second Pond Garden. Au premier plan est un endroit pour les plantes bulbeuses.Hampton Court. Une salle à manger avec un jardin clos, vue sur la Tamise et le pont, construite par Edwin Lutchens, créateur d'Hestercombe
Aujourd'hui, le premier jardin est devenu une pelouse avec plusieurs arbres fruitiers, les deuxième et troisième sont recréés dans l'esprit de leur époque, et des serres se sont développées et ont entouré le site du quatrième jardin.

Cet endroit a obtenu son aspect moderne dans les années 1920, lorsque le jardinier et historien Ernst Lowe était le gardien du parc de Hampton Court. Il a préparé un projet de recréation des étangs d'Henri VIII, qui n'a pas été réalisé, et a aménagé sur les murs du château un «nodal», c'est-à-dire décoré d'intersections de bandes de bordure, un jardin de style Tudor.

Ernst Lowe. Un projet pour recréer le jardin d'étang de l'époque Tudor à Hampton Court. 1903Hampton Court. Jardins de jonction de style Tudor conçus par Ernst Lowe (années 1920)
Contrairement au jardin privé voisin, les jardins en retrait de l'étang sont le fruit d'une reconstruction précoce et conditionnelle.Je dis cela parce que dans les livres sur l'histoire des jardins, ils sont présentés comme des jardins anglais médiévaux (!) Typiques ...
Hampton Court. Jardin à effet de serre avec arbres exotiques de la serreHampton Court. Petite fontaine dans le jardin de l'orangerie
Un autre jardin créé pour Queen Mary est situé le long de la serre, perpendiculaire aux jardins de l'étang. Le jardin à effet de serre est une bande de pelouse et de gravier, sur laquelle des vases aux arbres du sud s'affichent en saison. Les vases ont été méticuleusement recréés - en faïence blanche et bleue d'après des échantillons de Deltf, et en terre cuite - à partir d'éclats trouvés lors de la fouille du parterre de Het Loo. Certes, nous n'avons vu que des baignoires en bois blanc - peut-être que des conteneurs luxueux protègent des intempéries en automne. Au printemps, le trésor vert des serres s'est répandu ici: deux mille espèces, du pélargonium et de l'aloès au jasmin et à l'ananas. Et, bien sûr, la moitié de la collection était composée d'agrumes - oranges, pamplemousses, citrons, limes. Ce jardin est complètement nouveau - il a été ramené à la vie au cours de la saison 2007. J'ai beaucoup aimé les petites fontaines et les piscines, qui rappellent les jeux d'eau miniatures de Het Loo.
Hampton Court. Plaque portrait Lancelot BrownHampton Court. Certificat du livre Guinness des recordsHampton Court. Serre Big Vine
Dans le quatrième jardin, près du mur du palais, il y a une simple serre à pignon. À l'intérieur, il est presque vide, car une seule plante est perchée juste à côté de la pente de verre. Mais les chiffres sont surprenants: c'est la Big Vine, plantée ici par Lancelot Brown vers 1770, qui produit chaque automne des centaines de grappes de raisins noirs Black Hamburg.

À proximité se trouve un certificat Guinness Book, indiquant que ce n'est pas seulement la plus ancienne, mais aussi la plus grande vigne du monde, qui fait plus de 75 mètres de torsion. Jusque dans les années 1920, les grappes étaient servies exclusivement à la table royale, mais maintenant en saison, elles peuvent être achetées au magasin du palais.

Hampton Court. Grande vigneHampton Court. Jardin privé, rempart en terre et façade du palais
Les raisins ont déjà été enlevés et mangés, et nous, à travers les nuages ​​changeants et le soleil, sommes entrés dans un grand "jardin secret" (jardin privé). Ici, comme dans Tsarskoe Selo, au lieu de «secret», il faut lire «propre», «jardin privé».
Hampton Court. Pergola sur l'arbre du propre jardin. Photo par Elena LapenkoHampton Court. Pergola sur l'arbre du propre jardin. Photo par Elena LapenkoHampton Court. Pergola sur l'arbre du propre jardin. Photo par Elena Lapenko
Notre propre jardin, ainsi que les petits jardins que nous avons vus, est appelé "en retrait", mais c'est inexact - le jardin est entouré de remparts de type hollandais, créant de majestueux rideaux verts sur les côtés.
Hampton Court. Statue dans le jardin privéHampton Court. Goût hollandais dans un jardin privé - arbres, fleurs et arabesques baroques
Je peux témoigner que toutes les parties du jardin - le système de parterre français, les arabesques, la fontaine et la combinaison de statues blanches austères avec des plantations de jardin - sont les mêmes qu'à Het Loo. Mais il n'y a pas de jardins identiques, et ici il y a des pentes différentes, plus grandes, plus luxueuses, plus de ciel, la fontaine est plus haute et les chemins sont plus larges.
Hampton Court. Propre jardin. Ce sont les arbres qui ont poussé dans le jardin de la fontaine ...Hampton Court. Jardin privé lors de la rénovation des parterres. Photo de Boris Sokolov. 1994 année
Notre propre jardin est envahi depuis trois siècles. Jusqu'à récemment, à sa place se trouvait un fourré d'ifs pyramidaux, à travers lesquels les avenues et les fontaines étaient à peine visibles. En 1996, le parterre ouvert a été recréé à partir de matériaux historiques et archéologiques, et maintenant son apparence est complètement authentique. Un beau jardin anglo-hollandais, et, en fait, le dernier qui existe.
Hampton Court. Propre jardin. La vue la plus magnifique est celle du milieu de la pente. Ifs pyramidaux - voici comment ils étaient il y a trois cents ansHampton Court. Jardin privé à l'ombre des ifs envahis par la végétation. Photo des années 1920
Et au coin de la rue, en face de la longue façade centrale, se déploie «l'anti-Versailles» - le parterre du palais, appelé le Grand Jardin de la Fontaine. «Anti» à deux égards - d'une part, la puissance de l'ensemble et les trois rayons de ses ruelles sont dirigées contre la puissance et la grandeur de la résidence du Roi Soleil, et d'autre part - comme dans beaucoup de «Versailles» plus tard, les trois -ray n'est pas dirigé vers la ville, mais vers le parc.
Hampton Court. Jardin de la fontaine. Trois ruellesHampton Court. Jardin de la fontaine. Trois ruellesHampton Court. Jardin de la fontaine. Trois ruelles
Le Jardin de la Grande Fontaine a été fondé sous Charles II, qui a vécu en exil pendant de nombreuses années en Europe continentale et était bien conscient de la grandeur du nouveau style de parc, né sous le crayon d'André Le Nôtre. Le jardinier de Karl, André Molle, a créé un long canal qui va du château au loin.

Le jardin était déjà achevé à l'époque de William et Mary, qui ont amené avec eux l'intéressant et talentueux architecte Daniel Maro de Hollande. Issu d'une famille d'architectes français, il a parfaitement compris le style et les formes de l'époque de Louis XIV. Sa famille était huguenote, il a donc été forcé de quitter son pays natal et a commencé à travailler à la cour du stathouder néerlandais Willem. C'est lui qui a créé le jardin parterre relativement modeste et fermé de Het Loo. A Hampton Court, il élargit l'échelle de ses projets: l'intimité hollandaise est remplacée par l'échelle française.

Daniel Maro. Projet de jardin de fontaine à Hampton Court. 1689Hampton Court. Jardin de la fontaine. Vue moderne de l'espace
Maro ordonna de remplir le début du canal et créa à cet endroit un trident d'allées et un demi-cercle du parterre. Le parterre était décoré d'arabesques complexes de parterres de fleurs, de vases, de pyramides d'ifs cisaillés et de deux rangées de fontaines, d'où son nom provient. La reine Anne, sœur de Marie II, qui est montée sur le trône après la mort de Guillaume, a voulu remplacer les parterres de fleurs par des pelouses - le XVIIIe siècle a commencé, et avec lui le goût du naturel. Les fontaines fonctionnant mal ont été supprimées et remplacées par un très beau canal semi-circulaire.

Depuis 1764, Lancelot Brown est devenu le jardinier en chef de Hampton Court. Le grand maître du jardinage paysager a été contraint de maintenir en quelque sorte l'existence de jardins réguliers, qui ne bénéficiaient plus de l'attention des monarques anglais. Il a annulé la tonte des arbres pyramidaux du jardin de la fontaine, et ils se sont progressivement transformés en ifs et houx gigantesques, couvrant l'horizon.

Hampton Court. Jardin de la fontaine. Canaux semi-circulaires et longsHampton Court. Ifs et parterres de fleurs du jardin de la fontaine
La situation ressemble un peu à l'histoire de Tsarskoïe Selo: Catherine II a ordonné de ne pas couper les arbres du jardin inférieur, et bientôt des bosquets paysagers s'y sont formés. Certaines d'entre elles, adjacentes au palais, dans l'après-guerre ont été remplacées par des plantations régulières, et le parc éloigné protège encore l'Ermitage des regards des curieux. Mais les étals de Hampton Court ont une disposition et un destin complètement différents.

Au XIXe siècle, de grandes bordures fleuries ont été créées le long du mur séparant le jardin privé, et des tulipes et des asters ont été plantés directement sur les anciens parterres du jardin de la fontaine - il y avait des expositions de fleurs de printemps et d'été. Le jardin a maintenant retrouvé sa forme originale.

Mais il reste deux traces de l’époque de la «marche». Le premier est un magnifique trottoir spectaculaire le long de la Broad Alley, créé par le déjà mentionné Ernst Lowe, un jardinier des années 1920. Le second est les arbres bizarres du jardin de la fontaine.

Hampton Court. Large allée et bordure fleurie conçue par Ernst Lowe (années 1920)Hampton Court. Ifs de trois cents ans le long de la large allée
Au début du XXe siècle, ils réalisèrent et recommencèrent à découper les anciennes pyramides le long des ruelles. Mais c'étaient déjà de puissants arbres d'une circonférence d'un mètre, et les couronnes arrondies ne parvenaient à donner qu'une ressemblance extérieure aux contours précédents. Mais ces proliférations vieilles de trois cents ans, un peu comme les agarics de mouche verte, donnent à Hampton Court un look fantaisiste et inoubliable.

Habitués à l'immensité de Versailles, nous avons décidé de marcher au loin, le long du canal. Mais ce n'était pas là! Autour du treillis, et derrière, comme à St. James et Chiswick - oies-cygnes et leur royaume endormi.

Hampton Court. Seuls les oiseaux voyagent le long du Long CanalHampton Court. Seuls les oiseaux voyagent le long du Long Canal
Une fois de plus, l'amour anglais de la nature calme et sauvage a mis au second plan la grandeur et le désir de montrer des vues lointaines. Nous avons apprécié les panoramas plus tard, au parc paysager de Windsor.

Il y a plusieurs jardins à gauche du palais. Une roseraie ancienne mais luxueuse avec des variétés de roses «anciennes anglaises», une pelouse paysagère et enfin - le fameux Labyrinthe! Maintenant, il y a un espace ouvert autour de lui, mais, apparemment, c'est le dernier morceau du jardin sauvage, autrefois immense, plein de rideaux verts baroques et d'allées sinueuses.

Hampton Court. RoseraieHampton Court. Roseraie
Un portail modeste mène à une simple allée en treillis. Et c'est tout. La fin. Vous comprenez que vous ne pouvez pas trouver un moyen de sortir de ce petit triangle. Comme "Trois dans un bateau" de Jérôme Jérôme, nous avons couru ici et là, avons trouvé un troupeau d'enfants intelligents et les avons suivis jusqu'à la barrière de sécurité. Hampton Court. L'apparence inoffensive du labyrinthe insidieuxHampton Court. Le labyrinthe n'est pas si facile vu de l'espace. Contrairement à Harris, j'ai un grand respect pour les labyrinthes de jardins. Et dans le Villandry français, et dans la villa vénitienne de Pisani, ils tiennent avec ténacité dans leurs bras des dizaines d'adultes, des gens intelligents. A Villa Pisani, le gardien a gravi la tour au cœur du labyrinthe et a crié dans le mégaphone: "A droite! A gauche!" Dans une scène créée par un écrivain anglais, le gardien de Hampton Court a essayé de faire de même avec une échelle pliante.
Hampton Court. Il est facile d'entrer dans le Labyrinthe ...Mais sortez! ...
Harris m'a demandé si j'étais déjà allé au labyrinthe de Hampton Court. Lui-même, selon lui, y est allé une fois pour montrer à quelqu'un comment passer au mieux. Il étudia le labyrinthe selon un plan qui paraissait bêtement simple, donc c'était dommage même de payer deux sous pour entrer. Harris pensait que ce plan avait été publié par moquerie, car il ne ressemblait pas du tout à un véritable labyrinthe et était seulement confus. Harris a emmené un de ses parents de campagne là-bas. Il a dit:

«Nous ne nous arrêterons que pendant un petit moment pour que vous puissiez dire que vous avez été dans le labyrinthe, mais ce n’est pas difficile du tout. C'est même ridicule de l'appeler un labyrinthe. Vous devez tourner à droite tout le temps. Nous marchons une dizaine de minutes, puis nous irons déjeuner.

Une fois à l'intérieur du labyrinthe, ils ont rapidement rencontré des gens qui ont dit qu'ils étaient là depuis trois quarts d'heure et qu'ils semblaient en avoir assez. Harris les a invités, si vous voulez, à le suivre. Il vient d'entrer, maintenant il va tourner à droite et sortir. Tout le monde lui a été très reconnaissant et l'a suivi. Sur le chemin, ils en ont ramassé beaucoup d'autres qui rêvaient de sortir dans la nature et, finalement, ont absorbé tous ceux qui se trouvaient dans le labyrinthe. Les gens qui avaient abandonné tout espoir de revoir leur maison et leurs amis, à la vue de Harris et de sa compagnie, se redressèrent et se joignirent à la procession, le comblant de bénédictions. Harris a dit que, selon son hypothèse, «en général, une vingtaine de personnes le suivaient, une femme avec un enfant, qui avait été dans le labyrinthe toute la matinée, souhaitait certainement prendre Harris par le bras, pour ne pas le perdre.

Harris continuait à tourner vers la droite, mais c'était évidemment un long chemin à parcourir, et un parent de Harris a dit que c'était probablement un très grand labyrinthe.

«L'un des plus importants d'Europe», a déclaré Harris.

«Il semble que oui», répondit son parent. - Nous sommes déjà passés

un bon deux milles.

Cela commença à paraître étrange à Harris lui-même. Mais il s'est tenu fermement jusqu'à ce que la compagnie passe devant la moitié du beignet gisant sur le sol, qu'un parent de Harris, selon lui, avait vu à cet endroit il y a sept minutes.

«C’est impossible», a déclaré Harris, mais la femme avec l’enfant a déclaré:

«Rien de tout cela», puisqu'elle a elle-même pris ce beignet de son garçon et l'a jeté avant de rencontrer Harris. Elle a ajouté qu'il valait mieux pour elle de ne jamais le rencontrer et a exprimé l'opinion qu'il était un trompeur. Cela a exaspéré Harris. Il a élaboré un plan et exposé sa théorie.

- Le plan n'est peut-être pas mauvais, - dit quelqu'un, - mais vous avez juste besoin

savoir où nous en sommes maintenant.

Harris ne le savait pas et a dit que le mieux serait de retourner à la sortie et de recommencer. La proposition de tout recommencer n'a pas suscité beaucoup d'enthousiasme, mais le retour en arrière a fait l'unanimité. Ils ont tous fait demi-tour et ont suivi Harris dans la direction opposée.

Hampton Court. Impasses et murs du labyrintheLes horreurs du labyrinthe de Hampton Court. Affiche promotionnelle pour le système de transport de Londres. 1956
Encore dix minutes passèrent et l'entreprise se retrouva au centre du labyrinthe. Au début, Harris voulait prétendre que c'était exactement ce à quoi il aspirait, mais son entourage avait l'air plutôt menaçant et il a décidé de le considérer comme un accident. Maintenant, ils savent au moins par où commencer. Ils savent où ils sont. Le plan a de nouveau été mis en lumière et cela semblait aussi simple que de décortiquer des poires - tout le monde est parti pour la troisième fois.

Trois minutes plus tard, ils étaient de retour au centre.

Après cela, ils ne pouvaient tout simplement pas sortir de là. Quel que soit leur sens, tous les chemins les ont amenés au centre. Il a commencé à se répéter avec une telle régularité que certains sont simplement restés en place et ont attendu que les autres marchent et reviennent vers eux. Harris rédigea de nouveau son plan, mais la vue de ce papier exaspéra la foule. Harris a été conseillé de commencer le plan pour les papillotes. Harris, dit-il, ne pouvait s'empêcher de se rendre compte que dans une certaine mesure, il avait perdu sa popularité.

Enfin, tout le monde a complètement perdu la tête et a commencé à appeler fort gardien. Le gardien est venu, a grimpé sur une échelle à l'extérieur du labyrinthe et a commencé à leur donner des directions à haute voix. Mais à ce moment-là, tout le monde était dans une telle confusion dans la tête que personne ne pouvait rien comprendre. Puis le gardien les a invités à rester immobiles et a dit qu'il viendrait vers eux. Tout le monde se rassembla en tas et attendit, et le gardien descendit les escaliers et entra. Sur la montagne, il était un jeune gardien, un débutant dans son entreprise. En entrant dans le labyrinthe, il n'a pas trouvé ceux qui étaient perdus, a commencé à errer d'avant en arrière, et s'est finalement perdu.De temps en temps, ils voyaient à travers le feuillage comment il se précipitait quelque part de l'autre côté de la clôture, et il voyait également des gens et se précipitait vers eux, et ils se levaient et l'attendaient pendant cinq minutes, puis il est apparu à nouveau dans le même lieu et a demandé où ils avaient disparu.

Tout le monde a dû attendre que l'un des vieux gardiens, qui était allé dîner, revienne. Ce n'est qu'alors qu'ils sont finalement sortis.

Harris a dit que, puisqu'il pouvait juger, c'était un labyrinthe merveilleux, et nous avons convenu d'essayer d'y amener George sur le chemin du retour.

Jerome K. Jerome. Trois dans le même bateau, sans compter le chien (1889). Traduit par M. Salier

En tram jusqu'à Hampton Court. Affiche de 1927 du jardin privé envahi par la végétation

Au début du XVIIIe siècle, Hampton Court devint le théâtre de querelles royales et les cours rivales des pères et des enfants réduisirent bientôt à néant le prestige de la résidence. Peu à peu, il devint la demeure des petits princes et princesses, puis des demoiselles d'honneur, vivant leurs jours dans les petites pièces du grand palais. En 1986, l'un d'eux a fait tomber un feu dans sa chambre, déclenchant un énorme incendie dans les chambres d'État de Guillaume III.

En 1838, la reine Victoria ouvrit le parc au public et dix ans plus tard, une branche spéciale du chemin de fer y fut construite. Le public hétéroclite a afflué à Hampton Court, que les journaux ont commencé à appeler «London Garden». Plusieurs générations de Londoniens ont grandi lors des promenades dominicales dans le parc envahi par la végétation avec ses parterres de fleurs et ses statues antiques. Ce n'est qu'au XXe siècle qu'un équilibre a été trouvé entre repos à demi sauvage et immersion dans l'histoire.

L'ère Tudor à Hampton Court. Photo par Elena LapenkoL'ère Tudor à Hampton Court. Photo par Elena Lapenko
L'ère Tudor à Hampton Court. Photo par Elena Lapenko

Bien que la Couronne soit propriétaire de la résidence, elle est gérée par les palais royaux historiques, une organisation à but non lucratif, ainsi que par la tour et le palais de Kensington. Il a construit une puissante industrie du tourisme culturel - un prix d'entrée élevé et des options illimitées pour rester dans le palais, y compris des audioguides et des photographies.

Près de la fontaine de Hampton Court. Photo par Elena Lapenko Il peuplait le palais de dizaines de personnes en tenues Tudor, de gracieuses dames en robes de velours mènent les enfants en excursion et vous pouvez monter une charrette tirée par de lourds chevaux dans le parc. Une herse de fer s'étend derrière le chariot - vous devez niveler les allées, parsemées de milliers d'empreintes de pas! Chariot Hampton Court: outils de transport et de jardinage Photo par Elena Lapenko Dans l'histoire "Trois dans un bateau", j'ai trouvé des lignes mignonnes qui sont pleines de vie aujourd'hui:

Quel magnifique vieux mur s'étend le long de la rivière à cet endroit! En la dépassant, chaque fois que je ressens du plaisir à la seule vue d'elle. Vieux mur lumineux, doux et joyeux! Comment le décorer à merveille avec des lichens rampants et de la mousse à croissance sauvage, une jeune vigne timide qui jette un coup d'œil d'en haut pour voir ce qui se passe sur la rivière et un vieux lierre sombre qui s'enroule un peu plus bas. Dix mètres de ce mur révèlent cinquante nuances et nuances à l'œil. Si je pouvais peindre et peindre, je créerais probablement un beau croquis de ce vieux mur. Je pense souvent que j'aimerais vivre à Hampton Court.

L'impression la plus vivante de Hampton Court est une antiquité lumineuse et spectaculaire, des tours pittoresques, de magnifiques tapisseries, des jardins baroques énergiques et frais avec des ruisseaux d'eau sifflants, des cygnes sur le long canal endormi. Et des mousses grises sur les murs rouges, pluvieux et venteux, et derrière eux - les troncs minces et les couronnes de malachite des orangers.

Le mur gris de Hampton Court. Photo par Elena Lapenko