Propriétés utiles des myrtilles

Myrtille

Myrtille (Vaccinium myrtillus) - arbuste pérenne, connu de tout habitant de la voie du milieu et de la zone de la taïga depuis l'enfance. La plupart des gens l'associent à de délicieuses baies qui doivent être cueillies au moment le plus «moustique».

Actuellement, les myrtilles appartiennent à la famille des airelles rouges (Vacciniacées), mais dans de nombreuses publications, elle est toujours considérée comme une représentante de la famille Heather.

Le nom latin des bleuets communs est Vaccínium myrtíllus. Le nom du genre, qui comprend également les myrtilles aux airelles, vient du latin vacca, qui signifie «vache». Cela est probablement dû au fait que certains membres du genre sont mangés par des animaux domestiques. Le nom spécifique se traduit par "myrte", "petit myrte", qui est un peu comme un buisson de myrtilles. Eh bien, en Russie, la grande majorité des noms sont associés à la couleur noire des baies.

Matière première médicinale myrtille

Les fruits mûrs récoltés sans tiges ni feuilles récoltées avant la floraison sont utilisés comme matières premières médicinales.

Lors du séchage des fruits, n'oubliez pas que vous ne pouvez pas les sécher immédiatement à haute température. Tout d'abord, il est nécessaire de sécher pendant plusieurs heures à + 30 + 35 ° C, et ce n'est qu'alors que la température peut être augmentée à + 50 + 60 ° C. Si vous ne suivez pas cette règle, les baies collectées couleront et il n'y aura tout simplement rien à sécher.

Utiliser des myrtilles

Myrtille

Les fruits contiennent des tanins (c'est par leur teneur que les matières premières sont normalisées selon la Pharmacopée Européenne), des acides organiques (malique, succinique, citrique, ascorbique), du carotène, des vitamines B (B3: - 420 mg, B5 - 120 mg, B6 - 52 mg, B2 - 41 mg, B1 - 37 mg), vitamine K - 19,3 mg, sucre (jusqu'à 10 g pour 100 g de matières premières sèches), potassium - 77 mg, fer - 280 mg, anthocyanes (0,5- 1,5% dans les fruits secs), pectine et substances muqueuses, glycoside myrtilline. Parmi toutes les baies, il se classe premier en termes de teneur en manganèse.

Les feuilles contiennent des tanins (18-20%), des flavonoïdes, des composés triterpéniques (acides oléanolique et ursolique), jusqu'à 250 mg% d'acide ascorbique, carotène, acide quinique, arbutine (0,4-0,5%, ce qui est beaucoup moins que dans airelle et busserole), hydroquinone, glycoside de néomyrtilline. Les graines contiennent une huile grasse de composition similaire à celle du lin (jusqu'à 31%).

Les fruits sont astringents en raison de la forte teneur en tanins. La mirtilline, et en particulier la néomirtilline, aident à abaisser la glycémie. Les fruits sont utilisés sous forme d'infusion, d'extrait, de gelée pour les entérocolites aiguës et chroniques, pour la fermentation putride dans les intestins, y compris la diarrhée chez les enfants. Il existe des indications sur l'efficacité de la décoction de fruits (en particulier les fruits secs) pour l'amygdalite folliculaire et catarrhale, ainsi que la stomatite aphteuse.

En Bulgarie, les fruits secs sont utilisés non seulement pour les maladies du tractus gastro-intestinal, mais également pour la cystite, bien que, étant donné la teneur en arbutine dans les feuilles, ils seront plus efficaces dans ce cas. Pour la gastrite et la colite, les médecins bulgares recommandent 50 à 100 g de fruits frais par jour. En l'absence de tel, 10 g de fruits secs sont insérés dans 200 ml d'eau pendant 8 heures. Ceci constitue la dose journalière, qui se boit pendant la journée en plusieurs doses.

Myrtille

En France, les myrtilles sont considérées comme un bon hémostatique depuis des siècles, et les recherches modernes ont confirmé cette propriété. Ceci est en partie dû à la présence de tanins, mais aussi à la présence de composés ayant une activité de vitamine P (renforcement capillaire).

Les myrtilles sont utilisées depuis longtemps comme colorants alimentaires et textiles. Cependant, en tant que colorant textile, il est très instable à la lumière et au lavage. Mais en tant que colorant alimentaire pour les boissons et divers plats, le jus de myrtille est tout simplement irremplaçable. Vous pouvez faire de merveilleuses boissons à partir des fruits: sirops, liqueurs, teintures.

Ces dernières années, la capacité des myrtilles à améliorer la vision a été activement exploitée par toutes les sociétés pharmaceutiques. L'opinion selon laquelle les myrtilles améliorent la vision crépusculaire existe depuis très longtemps. Même pendant la Seconde Guerre mondiale, les pilotes anglais qui participaient à des vols de nuit étaient spécialement nourris avec de la confiture de myrtilles. Mais de nombreuses études donnent des conclusions ambiguës - certaines montrent la grande efficacité des préparations de myrtilles, d'autres conduisent à des conclusions très sceptiques.

Mais il a été établi de manière fiable qu'en raison des propriétés antioxydantes élevées des anthocyanes du bleuet, ainsi que de la riche composition en micro-éléments, il empêche le développement de nombreuses autres maladies, telles que cardiovasculaires et oncologiques. La recherche moderne a montré que les anthocyanes réduisent le dépôt de cholestérol dans les vaisseaux. L'une des indications modernes pour l'utilisation des préparations de myrtille est le décollement de la rétine. Mais les myrtilles ne sont pas une panacée, sa principale direction d'action est d'améliorer la circulation sanguine dans les tissus de l'œil, ce qui ralentit et prévient les changements dégénératifs. Par conséquent, il est également recommandé de prévenir le développement de cataractes. En ophtalmologie, l'extrait est principalement utilisé, prescrit sous forme de compléments alimentaires biologiquement actifs.

Myrtille

Des scientifiques de l'Université de Boston ont découvert que le jus de myrtille restaurait la mémoire chez les rats âgés. Malheureusement, il n'y a pas eu de telles observations en public, ce qui est dommage - après tout, le remède est à la fois savoureux et inoffensif. Bien que de nombreux herboristes anciens recommandent aux personnes âgées de manger des myrtilles pour améliorer leur bien-être.

Comme déjà mentionné, les feuilles de bleuet constituent un type distinct de matière première. Ils sont inclus dans les tarifs des antidiabétiques, en particulier Arfazetin. Si vous infusez les feuilles vous-même, vous devez prendre 1 cuillère à soupe de matières premières, verser 2 tasses d'eau bouillante, insister dans un bain-marie pendant 10 à 15 minutes, insister jusqu'à ce qu'elles refroidissent, filtrer et prendre ½ tasse 3-4 fois journée. Le cours dure environ 2 mois. À la maison, vous pouvez combiner une feuille de myrtille avec des rhizomes d'herbe de blé, des racines de mûres et des haricots de la collection.

Il existe des preuves solides que le stress oxydatif est impliqué dans l'étiologie des maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et la maladie d'Alzheimer. Chez les animaux qui ont d'abord été immergés dans le stress et qui ont ensuite reçu de l'extrait de bleuet, l'effet protecteur des anthocyanes a été étudié lorsque le stress oxydatif était appliqué au cortex cérébral. Les anthocyanes ont supprimé les effets nocifs du stress oxydatif en affectant la transmission des neurotransmetteurs. L'effet protecteur de l'extrait de myrtille contre les radicaux libres et le dysfonctionnement hépatique mitochondrial a été révélé lorsqu'il était exposé à des facteurs défavorables. Par conséquent, l'extrait en tant qu'agent thérapeutique est prometteur dans la prévention des changements liés à l'âge et des effets destructeurs d'une mauvaise écologie.

Restrictions d'utilisation

En tant que tel, il n'y a pas de restrictions sur l'utilisation des myrtilles, mais en raison de la teneur élevée en tanins, cela peut aggraver la constipation avec un péristaltisme lent. De plus, l'abus de myrtilles est indésirable pour la pancréatite, la duodénite, la dyskinésie biliaire et les calculs d'oxalate.

Dans les pays européens, en particulier en France, il a été établi qu'à travers les myrtilles non lavées, mangées avec les mains sales, l'échinococcose peut être transmise, qui est portée par les renards. C'est une maladie parasitaire causée par les helminthes. Echinococcus multilocularis, qui vivent dans les intestins des renards et autres animaux sauvages. Mais heureusement, il est assez rare dans certaines régions d'Europe occidentale et, principalement, dans les régions du sud et de l'est de notre pays.