Le jardin vertical du musée sur le quai Branly à Paris

Si vous vous promenez le long de la rive gauche de la Seine entre le Pont d'Alma et la Tour Eiffel, vous pouvez voir le bâtiment administratif inhabituel de quatre étages du Musée sur le quai Branly, dont les murs sont entièrement recouverts de plantes vivantes du trottoir jusqu'au toit même. Le musée lui-même n'a rien à voir avec la botanique, il présente des collections «d'art primitif» d'Afrique, d'Océanie, d'Asie, d'Amérique du Nord et du Sud. Les murs verts ne sont qu'une décoration élégante qui a fait du musée l'une des principales attractions de Paris. Cette dernière création (2006) de Patrick Blanc, botaniste de renommée mondiale, inventeur et concepteur de paysages verticaux, émerveillera les visiteurs du musée et les passants.

Patrick Blanc, scientifique au prestigieux Centre national de la recherche scientifique, a passé près de 10 ans à apprendre à créer des jardins verticaux d'une complexité et d'une échelle sans précédent. Après avoir étudié les communautés végétales qui existent sur les surfaces humides et dans les crevasses des falaises abruptes et des grottes en Thaïlande, en Malaisie et dans d'autres pays du monde, Blanc a développé des moyens ingénieux de les reproduire à la fois sur les murs intérieurs et extérieurs des bâtiments urbains. En utilisant des centaines d'espèces végétales vivantes du monde entier comme palette, Blanc a créé 18 installations grandioses, dont la plupart sont situées à Paris. Fervent champion de la conservation de la biodiversité, il a prouvé avec succès que les murs ennuyeux des bâtiments urbains peuvent respirer, recouverts de tapisseries végétales. Les murs du bâtiment administratif du musée du Quai Branly sont ornés de 15 000 spécimens de plantes représentant 150 espèces différentes. C'est une toile vivante de fougères, de mousses, de plantes herbacées et même d'arbustes.

La technologie de Blanc est unique et brevetée. La principale question que l'auteur a dû résoudre était de savoir comment protéger les murs du bâtiment de l'humidité? Le jardin vertical est basé sur deux couches de polyamide, entre lesquelles se trouve une couche centimétrique de fibres de PVC expansées. Cette sous-couche est fixée au mur sur une latte métallique, offrant un espace d'air entre le mur et les plantes. Dans la couche de fibres aux propriétés capillaires, il y a des plantes à raison de 10 à 20 spécimens par 1 m2. La charge sur la structure n'est pas très élevée - moins de 30 kg par 1 m2. Les plantes n'ont pas besoin de sol car elles sont, en fait, cultivées en hydroponie. Un système d'irrigation goutte à goutte, fixé au sommet du mur, fournit une distribution continue et lente de solutions d'engrais aux racines. Le mortier excédentaire s'écoule dans une gouttière à la base du mur.

Le «mur végétal» du musée du Quai Branly fait face au nord et est protégé des rayons brûlants du soleil, ce qui peut être un sérieux problème pour les plantations verticales, surtout en été.

Patrick Blanc sélectionne et combine spécialement les plantes pour chaque installation, créant des textures riches dans divers tons de vert avec des touches de jaune, rouge, marron. Lors de la décoration des intérieurs, le designer utilise principalement des espèces tropicales adaptées aux faibles niveaux de lumière et poussant naturellement dans le niveau inférieur de la forêt tropicale. Les conditions de croissance des plantes sur les murs extérieurs sont encore plus strictes, cependant, l'assortiment de plantes pour eux reste vaste et comprend des graisses luxuriantes et des bégonias, des plantes vivaces telles que saxifrags, cloches, géraniums, heucheras, fougères, lierre, sauge, véronique; d'arbustes - buddlei, viorne, hortensia, chèvrefeuille et certainement des graminées et des carex.Comme dans la nature, à la surface des pierres humides et des arbres tombés, ces plantes reposent sur des mousses et des hépatiques.

L'observateur peut distinguer parmi le multicolore luxuriant du jardin vertical des badans, des pachisandras, des rangées entières de geyher, de fougères, de mousses et d'hépatiques, interrompues par de longues feuilles de carex et d'herbes. Les plantes couvrent complètement la façade du bâtiment avec une tapisserie exquise dans des tons de citron vert, d'or et de vin de Bourgogne. La courbure du mur, suivant le détour de la rue le long des berges de la Seine, ajoute du naturel à la façade végétalisée. Et les grandes fenêtres du musée rendent la beauté du jardin vertical encore plus paradoxale.

Sans surprise, les murs végétaux de Patrick Blanc sont nés à Paris. Ils reflètent les principes fondamentaux du jardinage français: une grande variété d'espèces, la présence de cadres géométriques, l'utilisation de hautes technologies qui réalisent les fantasmes, et certainement une certaine sophistication française.