Arbustes magnifiquement fleuris pour l'aménagement paysager des villes polaires

Jusqu'à la toute fin, tu seras gentil avec moi

Fleurs luxuriantes originaires du Nord

K. Balmont

Lilas hongrois sur la place sur la place des cinq coins (Mourmansk)

La ville ne peut pas être cosy sans une tenue verte. Les compositions décoratives lumineuses des plantes créent un confort particulier, dont le besoin dans les régions du nord est dû à des conditions climatiques défavorables et à d'autres conditions stressantes (long hiver, situation écologique critique, isolement de nombreux habitants de la région de Mourmansk de leurs maisons). La population indigène de la péninsule de Kola (Sami) n'est que de 0,2% et la plupart des adultes de la région sont originaires des régions les plus méridionales de la Russie. L'apparence uniforme des zones peuplées du cercle polaire arctique peut être améliorée grâce à l'utilisation de nouvelles espèces arboricoles introduites, qui sont souvent plus adaptées aux conditions de l'environnement urbain que les plantes indigènes, se reproduisent plus facilement en culture et poussent plus vite.

Au centre de la péninsule de Kola, à côté des montagnes Khibiny, il y a l'Institut du Jardin botanique polaire-alpin (PABSI) - le seul en Russie situé au-delà du cercle polaire. Ici, depuis les années 30 du siècle dernier, plus de 20 mille échantillons représentant 944 espèces de plantes ligneuses ont été testés dans les collections de pleine terre. À la suite des recherches menées, l'assortiment est en constante évolution tant en termes d'espèces que de composition quantitative en fonction des nouvelles exigences de l'époque. Aujourd'hui, la liste des cultures arboricoles pour l'aménagement paysager des établissements nordiques comprend 136 espèces résistantes dans l'Arctique et pouvant devenir un ornement non seulement pour les objets urbains, mais aussi pour les parcelles personnelles. Cette liste comprend 44 types d'arbres, 87 - arbustes et 5 - vignes ligneuses. Sa base (77%) est représentée par des espèces introduites, parmi lesquelles la plupart (74%) sont des espèces à fleurs [1].

Lilas hongrois sur l'avenue Lénine (Mourmansk)

Voici une description des types d'arbustes les plus décoratifs et les plus résistants, à la fois répandus et encore rares en aménagement paysager urbain.

Le lilas hongrois (Syringa josikaea). En 1936, des plants de 2-3 ans ont été apportés de l'Institut botanique (Leningrad) pour être testés dans les conditions de la péninsule de Kola, et depuis 1940, la plante a servi d'ornement aux villes polaires. Aujourd'hui, c'est le plus commun introduit ici, qui se trouve dans chaque colonie. Dans la région de Mourmansk avec. Le hongrois atteint une hauteur de 3 m (parfois jusqu'à 4 m). Fleurit à partir de la mi-juillet pendant trois semaines. Inflorescences de 10–20 cm de long, lâches, dressées, pyramidales, à ramifications étagées bien définies. Les fleurs sont lilas-violet, longues tubulaires, avec un agréable arôme faible. Les fruits sont mis annuellement, mais mûrissent rarement. Fin juillet, les pousses cessent de pousser et ligneuses en hiver. Les feuilles restent vertes jusqu'à la neige. Dans les conditions de la région, la méthode de sélection la plus efficace est la bouture verte. La floraison massive et abondante des plantes issues de boutures commence à la 6-7e année.

Parmi les arbustes introduits avec. Le hongrois est l'une des cultures les plus anciennes. Dans les plantations urbaines, il peut persister plus de 50 ans, mais une taille rajeunissante est nécessaire, dont l'absence affecte grandement

décorativité.

Les roses sauvages, ou églantiers, sont indispensables dans l'aménagement paysager nordique. Beaucoup d'entre eux sont très sans prétention, ont une résistance au froid relativement élevée, ce qui leur permet d'être cultivés sans abri pour l'hiver.

Lilas de Hongrie dans l'aménagement paysager de Monchegorsk

La rose la plus résistante est ridée (Rosa rugosa) - un arbuste très décoratif atteignant 1,2 m de haut. Pour les essais au PABSI en 1936, des plants ont été apportés de l'Institut botanique de Leningrad, et en 1946 - des graines de spécimens sauvages du sud de Sakhaline. Il fleurit du début août jusqu'au gel, mais la plupart des bourgeons n'ont pas le temps de s'ouvrir. Les fleurs sont grandes (jusqu'à 12 cm de diamètre), roses ou rouge foncé, rarement blanches, parfumées. Fruits en forme de bulbe, jusqu'à 3 cm de diamètre, rouge vif ou orange.

En plus des fleurs et des fruits, les feuilles brillantes sont décoratives, qui conservent leur couleur verte jusqu'à la fin de l'automne. Cette espèce est très résistante dans l'Arctique, bien que parfois, lors des hivers rigoureux, les pousses grasses soient endommagées par le gel. Se propage facilement par boutures et graines vertes et lignifiées. Pour que les buissons se développent, vous avez besoin d'un sol fertile sans couches pierreuses, d'un emplacement ensoleillé et d'une humidité suffisante (pas d'eau stagnante).

Ces dernières années, diverses spirées se sont répandues dans le verdissement urbain, dont beaucoup tolèrent bien les hivers froids et longs. Les plus demandés sont avec. milieu et s. saule.

 

Spirée moyenne (Polyarnye Zori)Spirée moyenne (Polyarnye Zori)

Spirée moyenne (Médias Spiraea). Arbuste érigé et ramifié de 1,8 m de haut En 1936, des plantes vivantes des montagnes de l'est du Sayan ont été livrées au Jardin, il est utilisé dans l'aménagement paysager urbain depuis 1944. Il fleurit à partir de fin juin pendant 2-3 semaines. Fleurs jusqu'à 8 mm de diamètre, blanches, rassemblées en inflorescences corymbes. Les graines mûrissent en grande quantité fin août et début septembre. La couleur cramoisie des feuilles, qui apparaît au début de l'automne et persiste jusqu'à la chute des feuilles (fin septembre), est très efficace. Dans l'Arctique, cette espèce est mieux propagée par voie végétative. Les buissons issus de boutures fleurissent la 3ème année. C. medium se prête bien au cisaillement, il convient donc aux haies.

 

Spirée de saule (Polyarnye Zori)

Saule spirée (Spiraea salicifolia). Arbuste très décoratif atteignant 2 m de haut, cette espèce est apparue au PABSI en 1936, elle a été introduite dans l'aménagement paysager urbain en 1940. Dans la région de Mourmansk, elle fleurit du début août jusqu'au début du gel. Certaines années, il gèle, mais au printemps, il y a de nombreuses pousses de taillis, formant un buisson luxuriant et large.

Aujourd'hui avec. la feuille de saule est l'une des dix principales espèces ligneuses introduites utilisées pour le verdissement des villes polaires. Il est particulièrement apprécié pour sa floraison spectaculaire, lorsque les inflorescences roses se détachent sur le fond du feuillage d'automne des espèces indigènes. Il est largement utilisé en groupe et en plantation ordinaire, mais malheureusement, il est de courte durée: en milieu urbain, il conserve son effet décoratif pendant 15 à 20 ans.

Différents types de chèvrefeuille sont intéressants et prometteurs pour la construction verte, ainsi que pour une utilisation dans les chalets d'été et les parcelles domestiques. L'étude de certains de ses représentants a commencé au PABSI lors de la première étape du travail d'introduction en 1932–1956.

Actuellement, dans les plantations de rue et sur les places des villes polaires, le chèvrefeuille tatare (Loniceratatarica). Pour la première fois dans la collection du Jardin botanique, il est apparu en 1934, lorsque ses plants ont été amenés de Leningrad, et depuis 1941, il est utilisé dans l'aménagement paysager. Dans les conditions de la région de Mourmansk, c'est le chèvrefeuille le plus haut, qui peut atteindre 3 m. Il fleurit abondamment, généralement à partir de la première décade de juillet, pendant 15 à 25 jours. Les fruits ne mûrissent que les années favorables. Dans les spécimens à fleurs roses, des fruits rouges se forment, avec des blancs - jaune orangé. Il tolère bien la plantation, peut se propager par boutures. Lorsqu'il est cultivé dans l'aménagement paysager urbain, le plus grand effet décoratif atteint 10 à 15 ans, mais dans le Grand Nord, il vieillit tôt, donc après 30 ans, les buissons doivent être remplacés.

Parmi les espèces introduites, la plus résistante aux conditions environnementales défavorables est le sorbier (Sorbaria sorbifolia). C'est un arbuste atteignant 2 m de haut. Pour la première fois, il a été amené au PABSI de Leningrad en 1935. Il a été utilisé dans l'aménagement paysager dans le Kola Nord depuis 1941, il se trouve dans tous les villages, mais, malheureusement, en nombre limité quantités. Décoratif pendant la floraison (juillet - août) et, grâce aux feuilles jaunes, en automne. Les fleurs blanches sont collectées en grandes panicules terminales (longueur 10-30 cm, largeur 5-12 cm). La végétation commence tôt, avant même que la couverture neigeuse ne disparaisse complètement. Il se propage bien avec des boutures vertes et lignifiées. Grâce à sa croissance abondante, il se transforme en un buisson luxuriant.

En 2008d'après les résultats de nombreuses années de recherche, la teinture d'ajoncs et de svidina blanche a été incluse dans la gamme pour l'aménagement paysager.

Fieldfare à feuilles de Rowan sur le territoire de l'orphelinat spécialisé (Apatity)

Teinture d'ajoncs (Genista tinctoria). Semi-arbuste atteignant 70 cm de haut, testé au PABSI depuis 1938. Il fleurit à la fin de l'été. Les fleurs sont jaune vif, papillons, rassemblées dans un pinceau feuillu apical dense. Le fruit est une grosse gousse noire légèrement incurvée contenant 6 à 10 graines. Les fruits du Kola Nord ne mûrissent pratiquement pas. Ici, la plante se comporte plus comme une plante herbacée vivace: les pousses meurent complètement pour l'hiver et repoussent au début de l'été.

 

Teinture d'ajoncs dans la collection PABSI

Derain blanc, ou svidina blanche (Cornus alba). Arbuste ornemental atteignant 3,5 m de haut. Il est testé au PABSI depuis 1976, lorsque les boutures ont été apportées de Carélie (Petrozavodsk). Mais les premiers échantillons se sont révélés peu résistants à l'hiver et ont gelé jusqu'au collet. Les plantes cultivées à partir de graines apportées de Yakoutie étaient absolument résistantes, fleurissaient abondamment et portaient des fruits. De plus, il s'est avéré que les spécimens de Yakout conservaient très longtemps la couleur rouge carmin des pousses, tandis que les européens la perdaient rapidement, devenant vert grisâtre.

 

Fleurit en juin-juillet pendant 28 jours. Les fleurs blanches à longues étamines sont rassemblées dans des inflorescences de corymbe de 3 à 5 cm de diamètre et fructifient à partir de 3 à 4 ans dans la seconde quinzaine d'août. Fruits de 8 à 9 mm de diamètre, d'abord bleuâtres, blancs à maturité, non comestibles. En été, les feuilles vert foncé et les fleurs blanches crémeuses confèrent à la plante un effet décoratif spécial, en automne - feuilles violettes brillantes et fruits blanc bleuâtre, en hiver - pousses rouges. Dans les plantations urbaines, il se produit individuellement sous la forme de ténias et de petits groupes.

Le thé aux arbustes kuriles n'est pas moins intéressant en culture., ou potentille (Pentaphylloides fruticosa), qui est très décoratif, stable à la plantation, mais malheureusement peu répandu dans les villes polaires. Arbuste ramifié atteignant 1 m de haut, à feuilles complexes, composé de 5 feuilles vert jaunâtre. Il est testé au PABSI depuis 1934, lorsque les graines provenaient de Tomsk et du Pamir Botanical Garden. Il fleurit très longtemps de la fin juin jusqu'au gel et est très perceptible en raison du grand nombre de fleurs jaune doré, jusqu'à 2 cm de diamètre.En automne, il est décoratif grâce à des feuilles jaunes ou violettes violettes. Cette plante typique du nord de la Sibérie, extrêmement résistante aux conditions environnementales défavorables, peut être recommandée pour une utilisation généralisée dans diverses colonies de la région de Mourmansk.

Littérature.

1. Gontar O.B., Zhirov V.K., Kazakov L.A., Svyatkovskaya E.A., Trostenyuk N.N. Bâtiment écologique dans les villes de la région de Mourmansk. - Apatity: Maison d'édition de KNTs, 2010 .-- 225 p.