Soin du poivre en août

Le poivre pousse mal en août. Pourquoi?

Souvent, en août, les jardiniers se plaignent que le poivre a complètement cessé de pousser et ils commencent à le nourrir de manière intensive. Mais généralement, cela n'est pas dû à un manque de nutriments dans le sol, mais à un manque de chaleur, car il provient d'Amérique centrale tropicale.

Le fait est que, même s'il fait froid, la fertilisation n'est pas disponible pour les plantes. Les substances minérales s'accumulent dans le sol et peuvent y atteindre une concentration dangereuse pour les plantes. Mais si la température diurne est de 26-28 ° C, la nuit, il ne fait pas plus froid que 18 ° C et le sol est modérément humide, alors les plantes doivent être nourries - mieux avec un engrais complexe.

Par conséquent, il faut toujours se rappeler fermement que lors de la culture de poivrons, la meilleure nutrition ne peut pas remplacer un manque de chaleur.

Et plus loin. N'utilisez pas d'engrais contenant du chlore dans la serre à poivre, que le poivre ne tolère pas. Le fait est qu'en plein champ, le chlore est progressivement éliminé par les pluies de la couche arable et pénètre dans les horizons profonds du sol. Et dans le sol sous serre, cela ne se produit pratiquement pas et le chlore s'accumule progressivement dans la couche arable.

Le pansement foliaire est également efficace à ce moment, qui ne doit être effectué que par temps nuageux, le matin ou le soir. Dans ce cas, la concentration de la solution nutritive ne doit pas dépasser 0,25%. Et, bien sûr, de nombreux stimulants de croissance à base d'acides organiques aideront également les plantes à se remettre d'un état de stress.

La formation des plantes doit se poursuivre

Les tiges de poivre ont des tiges lignifiées. En même temps, ils sont très fragiles et se détachent facilement de la charge de fruits et du toucher imprudent. Par conséquent, les variétés hautes doivent être attachées à un tuteur ou à un treillis dans les 10 à 12 jours suivant le repiquage.

Pour cela, la plante est attachée lâchement sous la première branche avec la boucle inférieure de la ficelle, et les 2 tiges principales sont liées au treillis en ficelles séparées.

Après la formation de 9–11 feuilles, 2–4 pousses latérales du premier ordre apparaissent sur la plante. Parmi celles-ci, vous devez choisir 2-3 des pousses les plus fortes qui créeront le squelette de la plante et pincer le reste, les plus faibles, sur une feuille (un fruit). À l'avenir, les tiges du poivre sont formées verticalement ou le long du système en forme de «V».

Attention! Chaque branche squelettique est attachée séparément, puis légèrement tordue si nécessaire. Et les variétés naines sont attachées à des chevilles une fois ou laissées complètement sans jarretière.

Un bouton floral est formé entre les pousses squelettiques au point de séparation, à partir duquel une fleur se développe. Cette fleur, comme les bourgeons des fourches suivantes, doit être enlevée le plus tôt possible afin de ne pas gêner le développement de la plante.

Lorsque les pousses squelettiques commencent à se ramifier, il est nécessaire de sélectionner la pousse la plus forte à chaque point de ramification suivant et de la laisser comme une pousse de remplacement. Une autre pousse, plus faible, doit être pincée après la première feuille, laissant un fruit dessus. Cela devrait être fait plus loin avec toutes les ramifications ultérieures.

De plus, tous les 3 à 5 jours, il est nécessaire d'enlever toutes les pousses stériles, les feuilles et les pousses latérales qui poussent sous le point de ramification de la tige principale. Au fur et à mesure que les pousses grandissent, elles sont régulièrement tordues doucement autour de leur ficelle. Il est également nécessaire d'enlever toutes les fleurs et tous les ovaires qui se forment avant la première ramification de la tige principale.

Dois-je supprimer le point de croissance?

Dans les périodiques sur la culture du poivre, il y a parfois des conseils pour la formation d'un buisson compact avec des pousses bien développées pour enlever le haut de la tige principale des semis lorsque les plants atteignent une hauteur de 20 à 30 cm. De l'avis des auteurs de ces publications, les plantes pincées commencent à se ramifier activement.

Mais il y a un autre point de vue selon lequel les plantes ne doivent pas être pincées au stade des semis.Pincer le dessus n'est nécessaire que si vous voyez que les fruits déposés sur la plante n'auront pas le temps de mûrir à la fin de la saison de croissance. Ensuite, pour accélérer la maturation des fruits du poivron 4 à 5 semaines avant la fin de la saison de croissance, les sommets des pousses squelettiques sont pincés, arrêtant leur croissance. Après cela, la plante redistribue le flux de jus vers la garniture des fruits.

Enlèvement des feuilles inférieures et d'une partie des fleurs

La taille et la qualité de la récolte sont favorablement affectées par l'élimination régulière des feuilles de faible vieillissement et surtout des feuilles jaunies ou malades, car ils deviennent parasites. Il est préférable de le faire un matin ensoleillé, afin que la plaie sur la tige sèche rapidement.

Les feuilles de la plante commencent à être enlevées lorsque les premiers fruits de la première grappe atteignent le stade de maturité technique. Et au moment où le premier fruit atteint ce stade sur la deuxième brosse, toutes les feuilles jusqu'au premier pinceau doivent être complètement enlevées et l'élimination des feuilles sous la deuxième brosse doit commencer. Vous pouvez retirer 1 à 2 feuilles à la fois. La dernière élimination des feuilles est effectuée 5 à 6 semaines avant la dernière récolte de fruits.

Enlever plusieurs feuilles en même temps peut entraîner de graves fissures du fruit en raison d'une forte diminution de l'évaporation de l'humidité.

À propos, l'une des principales raisons d'un ovaire de poivre médiocre au premier pinceau, même avec une floraison abondante et une nutrition végétale abondante, peut être un manque de lumière causé par une abondance de feuilles sur la plante ...

"Jardinier de l'Oural", n ° 30, 2015